MENU

Alice in Wonderland à travers les âges

Bertrand vous présente différentes versions d'Alice in wonderland de 1886 à aujourd'hui !

1886 :
Alice in Wonderland est une comédie musicale de Henry Savile Clarke (livre et paroles), Walter Slaughter (musique) et Aubrey Hopwood (paroles), basée sur les livres de Lewis Carroll Alice’s Adventures in Wonderland (1865) et Through the Looking-Glass (1871), qui a débuté au Prince of Wales Theatre dans le West End en 1886.

La pièce, annoncée comme « une pièce musicale de rêve en deux actes », connaît une popularité considérable. À la demande de Carroll, Slaughter a conservé les anciens airs dans les parodies, comme « Bonny Dundee ».

Plusieurs productions amateurs d’Alice ont eu lieu après la publication du livre, et Carroll lui-même a envisagé de mettre en scène l’histoire sur une scène professionnelle. En 1877, il a écrit à Arthur Sullivan (de Gilbert et Sullivan) pour tenter de le persuader d’écrire les chansons d’une production musicale. Sullivan est intéressé par l’idée et propose de composer une partition sur le livret de Carroll. Carroll hésite, en partie à cause des honoraires élevés que Sullivan propose pour son travail. Désireux de savoir ce qu’il obtiendrait pour son argent, Carroll propose à Sullivan de composer d’abord une ou deux chansons. Après cela, la collaboration proposée s’est évanouie.

Phoebe Carlo dans le rôle d’Alice, Edgar Norton dans celui du lièvre, Dorothy D’Alcourt dans celui du loir et Sydney Harcourt dans celui du chapelier dans la production originale (1886).

En août 1886, le dramaturge et critique Henry Savile Clarke écrit à Carroll pour lui demander d’adapter Alice au pays des merveilles pour la scène. Carroll donne son accord, mais avec plusieurs stipulations :

« Il y a un ou deux souhaits sur le sujet, que je vais nommer pour votre considération : mais la seule considération essentielle est que je devrais avoir votre garantie écrite que, ni dans le livret ni dans aucune des activités scéniques, aucune grossièreté, ou quoi que ce soit qui suggère la grossièreté, ne sera admise. … Cette pièce devrait être une opérette (comme The Mikado) et non une pantomime. »

Carroll s’est impliqué complètement dans la production du début à la fin, offrant des conseils sur tout, de l’adaptation du roman au choix de la distribution. Il a choisi l’enfant actrice Phoebe Carlo pour le rôle-titre, a acheté ses costumes à ses frais et l’a envoyée chez l’actrice Kate Terry pour des leçons d’élocution Dorothy D’Alcourt, qui jouait le loir, était âgée de 6 ans.

La production a été présentée le 23 décembre 1886 au Prince of Wales Theatre de Londres. Le Théâtre décrit la pièce comme une pantomime mais écrit dans sa critique :  » Alice au pays des merveilles ne plaira pas seulement aux enfants. … M. Savile Clarke a fait des merveilles. … La pièce est magnifiquement montée et splendidement jouée, Mlle Phœbe Carlo ayant beaucoup de succès dans le rôle de la petite héroïne… elle a joué d’une manière délicieuse et tout à fait artistique, et à cet égard, elle a été suivie de près par une toute petite mite, Mlle Dorothy D’Alcort, qui joue d’abord le Loir. … M. Edgar Bruce, M. Walter Slaughter (qui a écrit une musique charmante pour la pièce) et M. Savile Clarke, méritent tous des éloges sans réserve… » La pièce a été fréquemment reprise au cours des quatre décennies suivantes. 

 

 

 

1903 : 

Alice au pays des merveilles (Alice in Wonderland) , est un film muet britannique réalisé par Cecil Hepworth et Percy Stow, sorti en 1903. C’est la première adaptation filmée de l’œuvre d’Alice au pays des merveilles, le célèbre livre de Lewis Carroll.

Le film est notable par son utilisation d’effets spéciaux élaborés, comme la chute dans le terrier du lapin, les changements de taille d’Alice ou la transformation d’un bébé en cochon.

Il n’existe qu’une copie originale, en partie lacunaire, connue de ce film. Le British Film Institute a partiellement restauré le film et sa musique originale le 24 février 2010. On peut depuis voir le film sur de nombreuses plateformes, et il a été inclus comme bonus au DVD que la BBC a diffusé en 1996.

Voir la vidéo

 

 

 

  1915 :

Alice au pays des merveilles, réalisé par W.W. Young

Alice au pays des merveilles est une adaptation cinématographique américaine muette de 1915 du roman classique de Lewis Carroll de 1865, Alice’s Adventures in Wonderland, réalisée et écrite par W.W. Young, avec Viola Savoy dans le rôle d’Alice.

Cette version cinématographique est remarquable parce qu’elle représente une grande partie du poème du « Père William » et qu’elle comprend des séquences ressemblant à l’illustration de Tenniel montrant le Père William faisant son saut périlleux arrière à la porte d’entré

Ce film a été le premier film sur Alice à combiner les chapitres de Through the looking glass avec ceux des aventures d’Alice au pays des merveilles. Cependant, la plus grande partie de la partie sur le miroir est perdue.

 

 

 

1933 :

Alice au pays des merveilles est un film fantastique pré-code américain adapté des romans de Lewis Carroll. Le film a été produit par Paramount Pictures, avec un casting de stars. Il est entièrement réalisé en prises de vues réelles, à l’exception de la séquence du morse et du charpentier, qui a été animée par le studio Harman-Ising

Parmi les vedettes, citons W. C. Fields dans le rôle de Humpty Dumpty, Edna May Oliver dans celui de la Reine rouge, Cary Grant dans celui de la Tortue simulée, Gary Cooper dans celui du Chevalier blanc, Edward Everett Horton dans celui du Chapelier, Charles Ruggles dans celui du Lièvre de mars, Baby LeRoy dans celui du Joker, et Charlotte Henry dans son premier rôle principal, celui d’Alice.

Cette adaptation a été réalisée par Norman Z. McLeod à partir d’un scénario de Joseph L. Mankiewicz et William Cameron Menzies, basé sur les livres de Lewis Carroll Alice au pays des merveilles (1865) et Alice au travers du miroir (1871). Il s’inspire aussi largement de l’adaptation théâtrale d’Eva Le Gallienne et de Florida Friebus, alors toute récente.

Lorsque la Paramount a présenté le film en avant-première en 1933, la durée initiale était de 90 minutes. Lorsqu’il est montré à la presse, il est tronqué à 77 minutes. De nombreuses critiques, dont celle, virulente, de Variety, soulignent que le film semble long, soit une heure et quart. Bien qu’il soit sorti plus court, on dit souvent à tort qu’Universal Pictures l’a monté lorsqu’elle a acheté les droits télévisuels à la fin des années 1950[2]. Universal a sorti le film en DVD le 2 mars 2010, en tant que premier film de l’histoire du cinéma.

 

 

 

1949 :

Alice au pays des merveilles est un film d’animation franco-britannique avec marionnettes de Lou Bunin, Dallas Bower et Marc Maurette.

La carrière de ce film — l’une des multiples adaptations du conte — tourna court sous la pression de Walt Disney Pictures qui voulait protéger la sortie imminente de leur propre long métrage, Alice au pays des merveilles, en 1951.

 

 

 

 

 

1951 :

Alice au pays des merveilles (Alice in Wonderland), est le 17e long-métrage d’animation et le 13e « Classique d’animation » des studios Disney. C’est l’adaptation de deux romans de Lewis Carroll : Les Aventures d’Alice au pays des merveilles (Alice’s Adventures in Wonderland, 1865) et De l’autre côté du miroir (Through the Looking Glass, 1871).

Sa production débute à la fin des années 1930. Il est alors envisagé de mêler animation et prise de vues réelles, avec Mary Pickford dans le rôle titre. La Seconde Guerre mondiale met le projet en pause. Au milieu des années 1940, Walt Disney opte pour une animation classique, afin de faciliter le travail d’adaptation des romans. Mais le film n’attire pas le public escompté. Les spectateurs, soutenus par la critique, regrettent les libertés prises avec l’œuvre originale. Dans les années 1960, il connaît le succès auprès d’étudiants américains de la mouvance hippie. En 1998, Dave Smith le classe comme « Classique d’animation Disney ».

Les studios Disney ont réalisé deux autres adaptations de l’œuvre de Carroll : les Alice Comedies (1923-1927), série de courts métrages mêlant animation et prise de vues réelles.

 

 

 

 1972 :

Alice’s Adventures in Wonderland est un film musical britannique basé sur le roman éponyme de Lewis Carroll (1865) et sa suite (1871), Through the Looking-Glass, réalisé par le producteur-réalisateur de télévision australien William Sterling. Il est réalisé par le producteur et réalisateur de télévision australien William Sterling. Il est composé d’un ensemble d’acteurs de renom, avec une musique de John Barry et des paroles de Don Black[3].
En 1973, le film a remporté le BAFTA Film Award lors de la remise des BAFTA Awards pour la meilleure photographie, remportée par Geoffrey Unsworth, et la meilleure conception des costumes, remportée par Anthony Mendleson. Stuart Freeborn a créé les maquillages du film en se basant étroitement sur les dessins originaux de John Tenniel dans la première édition. 

 

 

 

 

1976 :

Alice in Wonderland: A Musical Porno, parfois répertorié sous le titre Alice in Wonderland: An X-Rated Musical Fantasy, est un film musical pornographique1, réalisé par Bud Townsend, vaguement basé sur le livre de Lewis Carroll Alice au pays des merveilles. Le film est d’abord sorti le 10 décembre 1976 aux États-Unis. Du 26 au 27 mai, il a été projeté au cinéma Grand Illusion Theater à Seattle, au cours du Satellites 2000: Ecrans From Outer Space.
Cette comédie musicale pornographique a développé un véritable culte à cause de l’actrice principale, Kristine DeBell, la révélation du film.

 

 

 

 

2010 :

Alice au pays des merveilles (Alice in Wonderland) est un film américain réalisé par Tim Burton et écrit par Linda Woolverton. Il s’agit du 4e « remake live-action » des studios Disney.
Après l’adaptation en long métrage d’animation Alice au pays des merveilles datée de 1951, le studio a mandaté Tim Burton pour réaliser une nouvelle adaptation des romans de Lewis Carroll, intitulés Les Aventures d’Alice au pays des merveilles (1865) et De l’autre côté du miroir (1871). C’est un gros succès du box-office mondial. Le film utilise une technique de combinaison entre les prises de vue réelle et l’animation. Le film a remporté deux Oscars lors de la 83e cérémonie des Oscars en 2011.

 

 

 

 

 

 

 2016 :

Alice de l’autre côté du miroir (Alice Through the Looking Glass) est un film américain réalisé par James Bobin. Il fait suite au film Alice au pays des merveilles réalisé par Tim Burton en 2010. Bien que ce second opus ne soit pas réalisé par Tim Burton, ce dernier est chargé de sa production.
Le film s’inspire du livre De l’autre côté du miroir (Through the Looking-Glass, and What Alice Found There) écrit par Lewis Carroll en 1872, qui fait lui-même suite au livre Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, du même auteur, écrit en 1865. 

 

 

 

 

 

2022 :

Jersey Arts Centre et ARTcomedia, THE new and definitive version!
Par un bel après-midi d’été, la jeune Alice surprend un lapin élégamment vêtu qui regarde sa montre en marmonnant : « Je suis trop en retard ». Comme il s’agit d’un événement inattendu, elle le suit dans un terrier voisin et tombe au pays des merveilles. Les intemporelles histoires pour enfants de Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland et Through the Looking-Glass and What Alice Found There, prennent vie comme par magie dans cette nouvelle adaptation d’Adrian Mitchell, spécialement commandée par la RSC pour une production de Noël. L’incroyable quadrille du homard, l’infâme match de croquet de la reine de cœur et la partie de thé du chapelier fou ne sont que quelques-uns des événements et personnages remarquables de cette pièce enchanteresse.

Vous voulez en voir plus ?

Découvrez nos autres articles

EnglishFrench